Comment réduire l’impôt à payer sur le revenu de retraite

16 sep 2020
homme et femme retraités assis dans le parc

Lorsque vous êtes à la retraite, vous avez besoin de maintenir l’équilibre entre une stratégie de revenu qui répond à vos besoins actuels en liquidités et une stratégie de placement dont l’objectif est de protéger votre capacité à générer des revenus à l’avenir.

Stratégies d'économie d'impôt

Vous voudrez également payer le moins d’impôt possible afin de conserver le maximum de vos économies durement gagnées. Voici quatre idées pour vous aider à réduire au minimum l’impôt à payer sur votre revenu de retraite.

Fractionnement du revenu de pension

Il s’agit d’une stratégie dont l’objectif est de réduire les impôts en transférant le revenu de retraite (à des fins fiscales) depuis le ou la partenaire dont le revenu est plus élevé vers le ou la partenaire dont le revenu est plus faible. Le ou la partenaire (conjoint de fait) dont le revenu est plus élevé peut transférer jusqu’à 50 % de son revenu de pension admissible au ou à la partenaire (conjoint de fait) dont le revenu est plus faible. Les sources de revenu de retraite admissibles dépendent de votre âge. Si vous avez plus de 65 ans, vous pouvez diviser le revenu d’un régime enregistré d’épargne-retraite (REER), d’un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR), d’une rente viagère ou d’un régime enregistré de retraite d’entreprise. Si vous êtes âgés de moins de 65 ans, vous n’avez droit qu’à certains paiements de rente viagère et à certains fonds en provenance d’un REER ou d’un FERR lors du décès de votre conjoint ou conjointe. Il convient de noter que les résidents du Québec âgés de moins de 65 ans ne peuvent pas diviser leur revenu de pension en ce qui a trait à l’impôt sur le revenu provincial.

Retirer du revenu « dans le bon ordre »

En règle générale, il convient de commencer par retirer des fonds de vos comptes qui ne bénéficient pas d’un report d’impôt, par exemple, vos comptes de placement non enregistrés. L’idée est de repousser le plus longtemps possible les retraits d’un REER et d’un FERR, car le produit de ces comptes est imposé comme un revenu, attirant le plus haut taux d’imposition, peu importe la façon dont le revenu a été obtenu. En outre, cela permet à ces placements de continuer à croître à l’abri de l’impôt.

Or, cette règle est simpliste et trop axée sur la diminution de la charge d’impôt courant. Votre stratégie dépendra plutôt du montant dont vous disposez et du type de compte dans lequel il est détenu. Il est possible que la meilleure solution soit de tirer des revenus de plusieurs sources de sorte à obtenir le meilleur rendement fiscal cette année et à l’avenir. L’ordre des retraits qui vous convient relèvera de plusieurs facteurs, y compris si l’objectif est de maximiser les prestations gouvernementales, par exemple, le Régime de rentes du Québec (RRQ) ou la Sécurité de la vieillesse (SV), ou si l’objectif est de continuer à faire croître votre portefeuille pendant la retraite. En outre, il faudra également tenir compte des revenus que vous touchez qui ne proviennent pas de vos placements, par exemple, le revenu de location ou le revenu tiré d’un emploi à temps partiel. Finalement, vos objectifs de planification successorale peuvent également influer sur votre stratégie quant à l’ordre des retraits.

Les fonds de série « T »

Pour les investisseurs en fonds communs de placement, la série « T » pourrait offrir un moyen plus avantageux sur le plan fiscal de générer des revenus de vos placements. Les fonds de série « T » sont conçus pour fournir un flux de trésorerie prévisible et durable, souvent un pourcentage déterminé qui aide dans la planification des flux de trésorerie. Selon les revenus obtenus par le fonds (généralement des revenus d’intérêts et de dividendes et des gains en capital), le fonds pourrait également distribuer une partie du placement d’origine de l’investisseur, mieux connu sous le nom « remboursement de capital (RC) ». Un remboursement de capital n’est généralement pas imposable, ce qui signifie que le montant est versé d’une manière fiscalement avantageuse pour vous.

Si vous n’investissez pas actuellement dans des fonds de série « T », il se peut que vous puissiez effectuer un transfert vers la série « T » du fonds que vous détenez déjà sans déclencher d’évènement fiscal. Un petit mot d’avertissement : lorsque vous recevez une distribution sous forme de remboursement de capital, vous diminuerez le prix de base rajusté (PBR) de votre titre, ce qui pourrait avoir des incidences fiscales plus tard. Il convient de planifier et de contrôler la situation avec soin.

Investir dans un CELI pendant la retraite

Les comptes d’épargne libres d’impôt (CELI) peuvent être utiles lorsque vous êtes à la retraite, en raison de leur principal avantage : le revenu gagné dans un CELI n’est pas imposable — même si vous le retirez (contrairement aux REER et aux FERR). Si vous détenez des actifs de retraite dans un compte non enregistré, il se peut qu’il soit préférable de les détenir dans un CELI (du moment que la contribution ne dépasse pas le plafond) où ils peuvent générer un revenu à l’abri de l’impôt. Souvenez-vous que les plafonds annuels de cotisation à un CELI sont cumulatifs et que, si vos droits de cotisations remontent à 2009, ce plafond atteint jusqu’à 69 500 $ en 2020.

Les CELI sont également un endroit idéal où conserver votre argent à la retraite. Il pourrait s’agir du montant que vous êtes obligé de retirer de votre FERR, mais dont vous n’avez pas besoin immédiatement, ou d’un montant que vous souhaitez mettre de côté en cas d’urgence ou pour financer des dépenses imprévues. En abritant ces montants et leurs bénéfices contre l’impôt, vous veillez à tirer profit au maximum de toutes vos économies.

Ce qui importe, c’est la personnalisation

Chaque retraité se retrouve dans une situation particulière et il n’existe pas de solution qui satisfasse tout un chacun. Bien qu’il soit important d’obtenir des flux de trésorerie avantageux sur le plan fiscal, il est tout aussi important de maintenir une répartition d’actifs qui vise la santé à long terme de votre portefeuille ainsi que la gestion des risques selon votre appétence pour le risque. Mais surtout, l’objectif est de vous permettre d’avoir un mode de vie à la retraite qui est agréable et viable. Les conseils professionnels d’un fiscaliste ainsi que des conseils en placement sont nécessaires pour vous permettre d’atteindre le bon équilibre.

Trouver un conseiller près de chez vous