Tenir compte de la progression de l’espérance de vie dans vos plans financiers

6 nov 2018
Couple reviewing document

En 2001, il y avait 3 795 Canadiens âgés de 100 ans et plus. En 2016, ce chiffre avait plus que doublé pour atteindre 8 230 centenaires. Selon Statistique Canada, un homme canadien âgé de 65 ans devrait vivre jusqu’à 84 ans et une femme canadienne âgée de 65 ans jusqu’à 87 ans. Il s’agit de l’espérance de vie moyenne donc il serait probablement judicieux de supposer que vous vivrez plus longtemps lorsque vous établissez vos plans financiers. Imaginez ! Vous pourriez profiter d’une retraite de 30 ans, voire plus. Voici quelques-uns des enjeux liés à la planification financière susceptibles d’être touchés par la progression de l’espérance de vie.

Fixer une date pour la prise de la retraite

La question de savoir quand vous pourrez prendre votre retraite dépend généralement du montant que vous avez épargné – à savoir, de si vous disposez de suffisamment d’argent pour financer le mode de vie auquel vous aspirez à la retraite. Cette question est d’autant plus importante ces jours-ci compte tenu du fait que la retraite pourrait bien durer trente ans. La bonne nouvelle est que vous n’êtes pas seul en ce qui concerne l’établissement de cette date. Occupez-vous d’imaginer le mode de vie auquel vous aspirez à la retraite et nous vous aiderons avec l’aspect financier. Nous vous aiderons à faire l’estimation de votre épargne à la date à laquelle vous prévoyez prendre votre retraite et pourrons également faire l’estimation de votre revenu de retraite basé sur un programme en matière de placement et de revenu qui convient à votre situation.

Planifier un héritage

En ce qui concerne la question de savoir quand donner un héritage, le fait que nous vivons à un âge plus avancé peut poser un dilemme. Il va sans dire que vous ne voulez pas survivre à votre épargne et cela veut donc dire qu’il est judicieux de donner un héritage de la façon traditionnelle, à savoir par le biais de votre testament. Mais si vous vivez à un âge plus avancé, vos enfants pourraient déjà être bien établis dans la vie, voire même déjà être à la retraite. Il est possible que l’argent leur ait été plus utile quelques décennies plus tôt lorsqu’ils achetaient une maison et qu’ils fondaient une famille.

Alors, quoi faire ? Donner de votre vivant ou par le biais de votre testament ? Une idée est d’utiliser votre testament, mais de léguer votre argent à vos petits-enfants. Une autre idée consiste à aider les enfants lorsqu’ils en ont le plus besoin, mais de faire un compromis, comme celui de donner une partie seulement d’une mise de fonds. Vous pouvez nous demander de vous aider à évaluer l’incidence sur vos plans de retraite qu’aurait le don d’un montant en particulier.

Couvrir les frais en matière de santé

Si vous êtes chanceux, votre santé sera suffisamment bonne pendant votre retraite pour que les dépenses en matière de santé ne deviennent pas un facteur trop important. Mais le fait que nous vivons plus longtemps signifie également qu’il y a de plus fortes chances que nous développions une maladie chronique ou des troubles cognitifs qui sont susceptibles d’être coûteux à long terme. En Ontario, par exemple, une chambre particulière dans un établissement de soins de longue durée bénéficiant du soutien du gouvernement coûte 2 641 $ par mois, montant qui se rapproche de la moyenne parmi toutes les provinces. Une résidence privée pour personnes âgées pourrait coûter deux fois plus cher. Il est donc prudent de souscrire à une assurance de soins de longue durée ou de mettre des fonds de côté par mesure de précaution.

Investir pendant la retraite

Pour financer une retraite de 25 ans, de 30 ans ou même plus, un portefeuille de placements comprend généralement une importante composante en actions. Au-delà de cela, cependant, il n’y a pas de formule unique en matière de placement qui convienne à tous les retraités.

La répartition de l’actif de certains retraités pourrait être semblable à celle qu’ils avaient juste avant la retraite, au moment où leur portefeuille adoptait une approche plus prudente. D’autres pourraient avoir un programme de retraite qui comporte des placements qui diffèrent grandement de ceux qu’ils détenaient pendant leurs années d’accumulation de richesse, y compris des rentes et d’autres produits garantis qui leur fourniront un revenu à vie.

Les méthodes de retrait peuvent également différer grandement. Une première approche consiste à effectuer des retraits de manière systématique, où il s’agit de retirer un certain montant ou pourcentage du portefeuille à intervalles réguliers. La composante en action peut être réduite progressivement et celle en titres à revenu fixe augmentée pour minimiser les risques à mesure que le retraité avance en âge.

Une seconde approche consiste à avoir des regroupements de placements distincts. Le premier fournit le revenu de retraite et il comporte les prestations gouvernementales et des placements sûrs comme les fonds du marché monétaire. Le deuxième regroupement sert à réapprovisionner le premier et il est généralement composé de titres à revenu fixe. Le troisième regroupement sert à réapprovisionner le deuxième et est composé d’actions axées sur la croissance. Cette approche permet aux actions de reprendre un peu du poil de la bête après une baisse, avant de devenir des titres à revenu fixe.

Investir en vue d’une longue période de retraite requiert une solution sur mesure et votre conseiller en placement peut vous aider à la mettre sur pied. Nous tiendrons compte de votre valeur nette, état civil, mode de vie souhaité à la retraite, de votre héritage et de vos plans en matière de dons de bienfaisance, de vos économies pour d’éventuels soins à long terme et de votre tolérance au risque.

 

Sources :

Statistique Canada, recensements de la population, 2001 et 2016.

The Care Guide Source for Seniors, 2018

Trouver un conseiller près de chez vous